Home»Evénements - People»Disparition de notre ami Eloi Dürrbach

Disparition de notre ami Eloi Dürrbach

0
Shares
Pinterest Google+

Vendredi dernier, 12 novembre, la famille Dürrbach nous a annoncé la disparition d’Eloi Dürrbach, parti dans la matinée. Un grand homme, un grand vigneron, sans doute l’un des plus grands, un ami nous a quitté et c’est toute une profession qui est endeuillée. Eloi avait juste 71 ans et tant de choses encore à nous apprendre et à nous faire vivre.

Eloi est né à Cavalaire-sur-mer le 27 mai 1950 d’une famille d’artistes, René et Jacqueline Dürrbach ; son visage s’illuminait lorsqu’il évoquait ses souvenirs à Cavalaire-sur-mer avec ses plages paradisiaques, à l’époque où la Côte d’Azur restait encore très peu fréquentée. « On vivait comme des sauvages à Cavalaire, il n’y avait pas de parisiens » et puis Eloi se souvient bien de la grande maison de Cavalaire où il vivait avec sa soeur Glorvina et son frère Baltasar « L’atelier était immense. Il y avait deux niveaux et la salle à manger était en haut de l’escalier. En face, on voyait les tapisseries de Picasso, Fernand Léger, Villon, Herbin, Gleizes… et les tapisseries de ma mère ainsi que les oeuvres de mon père ». « Oui,  j’ai vu Guernica, ma mère faisait 1 m² par mois et la tapisserie faisait 20 ou 22 m² ».

De cette enfance « artistique » Eloi en a sans nul doute gardé des aspirations pour ses vins « Il n’y a pas de secret, moins on agit, mieux c’est ». L’histoire de ce domaine unique qu’il a créé de toutes pièces débute en 1973 lorsqu’il planta ses premiers hectares de vignes ; à l’époque il ne se doutait pas qu’il écrivait les premières pages d’un domaine mythique.

Si Eloi donne naissance à son premier millésime en 1976, c’est en 1982 que le domaine prend une dimension internationale. L’audace d’un style, l’audace d’un vigneron qui a défié les préceptes de l’administration et qui en a payé les frais, mais pour finalement en sortir grandi.

Alors à Trévallon, il ne faut pas chercher l’impossible mais simplement la philosophie qui a toujours animé Eloi. Aux visiteurs qui viennent au domaine et qui questionnent Eloi sur sa réussite, il répond « Ecoutez faites-vous plaisir c’est l’essentiel ». Et bien soyons certain que les vins de ce vigneron hors-normes continueront à nous faire plaisir et plus encore. Ce sera donc à Ostiane de poursuivre la belle oeuvre de son père …

Previous post

La Maison de Champagne Rivaud de la Raffinière célèbre 200 ans d’excellence à la française

Next post

Treasury Wine Estates confirme son implantation dans le Médoc