Home»International»The Wine Merchant passe sous contrôle suisse

The Wine Merchant passe sous contrôle suisse

0
Shares
Pinterest Google+

The Wine Merchant, un des plus gros négociants de la place de Bordeaux passe sous contrôle suisse. A savoir Dona Bertarelli, héritière du laboratoire Serono, Yann Guichard, son mari, et Yann Borgstedt, un ami des précédents. Le vendeur est le fondateur, il y a une vingtaine d’années de la maison de négoce, Christophe Reboul Salze, 60 ans (qui restera en place au moins quatre années supplémentaires), un ancien de CVBG, ainsi que la famille Casteja.

Fille de Fabio Bertarelli, Dona née en 1968, pourra apporter à son acquisition les moyens financiers indispensables pour développer le négoce gros mangeur de fonds propres. Son père a transformé son laboratoire en un leader de la lutte contre l’infertilité convoité par les grands chimistes, au point que Merck a dû mettre 7 milliards d’euros sur la table pour enlever cette pépite financière.

La nouvelle propriétaire considère que The Wine Merchant, qui traite presqu’exclusivement les grands vins de Bordeaux, (une quarantaine de millions de chiffre d’affaires) peut croître harmonieusement avec ses autres actifs dans l’hôtellerie de luxe à Gstaad ou sur la Côte d’Azur ou bien avec son entreprise spécialisée dans les courses nautiques au large. Elle est elle-même détentrice, en particulier, du tour du monde le plus rapide pour une femme. Son mari fait partie du reste de la bande des grands marins français. Quant au troisième larron il a fait fortune en cédant son entreprise Netarchitects à Altran. Depuis, il s’est reconverti dans l’immobilier et la logistique d’événements et il a créé Womanity, une ONG consacrée à la défense du statut des femmes.

Dona Bertarelli gère également avec son frère, Ernesto, une puissante fondation. Ernesto est également un passionné de navigation. Il a notamment créé Alinghi, qui a remporté deux fois l’America Cup. Il est aussi le fondateur de Kedge Capital, un des meilleurs hedge funds et d’Ares Life Sciences.

L’entrée de Dona Bertarelli dans le négociant bordelais confirme l’intérêt pour la filière vinicole girondine de la part des grands investisseurs institutionnels ou privés. On peut à cet égard penser que les superbes propriétés classées en 1855 devraient attirer ces détenteurs de capitaux. Une bonne nouvelle pour assurer l’avenir de cette activité.

Previous post

Michel Reybier achète Château Pomys et reconstitue l’ancien Cos d’Estournel

Next post

Champagne Louis Brochet Brut 1er Cru