Home»Histoires de Marques»Bourgogne : Renaissance de la Maison Edouard Delaunay

Bourgogne : Renaissance de la Maison Edouard Delaunay

4
Shares
Pinterest Google+

Annoncé il y a tout juste un an, le rachat de la marque Edouard Delaunay par son héritier naturel, Laurent Delaunay, n’était que la première étape d’un grand œuvre : la renaissance d’une Maison qui vise à retrouver son rang parmi les meilleures de la Bourgogne, à la hauteur de son histoire …


Photo : Laurent Delaunay

Tout au long du 20ème siècle, la Maison Edouard Delaunay a intimement fait partie de la Bourgogne et contribué de façon notable à son développement. Fondée en 1893 par l’arrière-grand-père de Laurent Delaunay, Edouard Delaunay accède rapidement aux premières places sous la houlette de la deuxième génération. Les vins sont distribués sur tous les continents, auprès des grandes institutions (Elysée, Sénat), des vitrines de prestige (Nicolas, Maison Prunier) et des grandes compagnies du monde du voyage (la Compagnie Générale Transatlantique et celle de l’Orient Express, la Compagnie Internationale des Wagons-Lits, la Cunard, Air France, Singapore Airlines, Japan Airlines) qui en font rapidement l’un de leurs fournisseurs attitrés. Signe de sa réputation à cette époque, de très grands domaines comme le Domaine de la Romanée Conti et le Domaine Liger-Belair (La Romanée) lui confient, dans les années 30, la distribution de leurs vins. Une longue histoire se noue également avec les Hospices de Beaune où la Maison achète des vins depuis 1918, il y a exactement cent ans. A la troisième génération, la Maison devient numéro 1 en Suède, fournit plusieurs grands comptes en Allemagne et se développe fortement en Angleterre, au Canada, aux USA.

Au début des années 1990, presque un siècle après sa création, subissant le rythme de la vie, la Maison doit être cédée et tombe doucement dans l’oubli. Fin 2017, Laurent Delaunay, œnologue, entrepreneur du vin et créateur avec son épouse Catherine de la société Badet Clément (lire la RVI N°3933 de 2017) annonçait le rachat de la marque Edouard Delaunay. 1,5 M€ et une année de travaux ont été nécessaires pour la réhabilitation complète de la cuverie du Château de Charmont à l’Etang-Vergy (Hautes-Côtes de Nuits), demeure familiale accueillant également les caves historiques de la Maison.

L’élaboration en si peu de temps d’une gamme d’une vingtaine de belles cuvées a constitué une autre performance dans une région connue pour la rareté et la difficulté d’accès à certaines appellations. Laurent Delaunay nous explique « J’ai été touché de constater la bienveillance des vignerons à l’égard de notre projet. La Maison Edouard Delaunay était connue et appréciée; ils sont heureux de voir que nous la faisons revivre avec la même énergie et la même passion. Grâce à notre activité de distribution de domaines Bourguignons portée par notre société DVP, de nombreux domaines avec lesquels nous travaillons ont accepté de nous réserver quelques très belles cuvées. »

Parce que les vins de Bourgogne sont des vins chers et rares s’adressant à des amateurs et à des passionnés, Laurent Delaunay souhaite leur proposer bien davantage qu’une simple bouteille de vin. « Nous souhaitons nouer une relation directe avec eux et répondre à leur légitimes attentes : leur proposer une véritable initiation à la Bourgogne, une immersion dans ce que ce vignoble recèle de culture, de philosophie, d’harmonie avec la nature, d’art de vivre, toutes choses qui font rêver les amateurs mais qui leur restent trop souvent lointaines et fermées ». Par différents moyens (packaging, services sur mesure, accueil personnalisé, wine club), Edouard Delaunay souhaite communiquer directement avec ses consommateurs et être leur guide à la découverte de la Bourgogne. L’occasion de rappeler que Laurent Delaunay est un membre actif de l’association pour la sauvegarde de l’Abbaye de Saint Vivant, l’un des berceaux de la viticulture bourguignonne et des Climats classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

Cette nouvelle aventure va être présentée aux professionnels à l’occasion du prochain Wine Paris, le 11 février 2019.

Previous post

Nysa, 1er caviste indépendant à Paris, en seulement 12 ans

Next post

Les vins du Val de Loire en GD pour les fêtes