Home»Agenda»Primeurs 2018, un millésime aux multiples facettes à Bordeaux

Primeurs 2018, un millésime aux multiples facettes à Bordeaux

0
Shares
Pinterest Google+

Une semaine dans les vignobles bordelais nous a permis, avec 6.000 autres professionnels du vin, négociants, importateurs, acheteurs, restaurateurs, cavistes, journalistes, du monde entier de découvrir, déguster, noter … les primeurs 2018. « Les Primeurs sont un moment exceptionnel, unique, où le Monde entier se retrouve pendant trois semaines. Certains acheteurs passent dix jours dans les vignobles bordelais. Cette année, nous avons assisté a une montée en puissance des restaurateurs et des cavistes. » nous explique Ariane Khaïda, directrice générale du négociant Duclot, entre deux dégustations.

Si l’enthousiasme se fait ressentir pour ce millésime 2018, souvent qualifié d’exceptionnel, c’est surtout un millésime très hétérogène en fonction des appellations et des propriétés mais qui a permis à tous les vignerons de faire les vins qu’ils souhaitaient. « Château Beau-Séjour Bécot a pris le parti de faire des vendanges précoces … Assemblages, terroirs, il y a de multiples facettes en 2018, c’est Bordeaux. Par exemple, Petrus est la quintessence de Pomerol sur ce millésime alors que Château La Fleur se révèle tout en beauté dans un style différent du Pomerol classique » commente Ariane Khaïda.

« A Pauillac, pour les vignobles épargnés par les ennuis du mildiou,  il se déroule une litanie de vins réussis, parmi lesquels Pichon Baron, Duhart Milon, dont le nouveau style s’est épanoui en 2018, Lafite Rothschild, le meilleur depuis bien longtemps et Mouton Rothschild, peut être le meilleur vin du Médoc. Bref, cette année, les Rothschild ont fait sauter la banque » s’amuse Aymeric de Clouet, un expert en vin réputé.

 

Des grands Médoc, une grande hétérogénéité sur la Rive Droite, des rouges réussis dans les Graves.

Climat chaud à Pauillac et à Saint Estèphe mais l’humidité de juillet a parfois permis au mildiou de s’installer.

Les vignobles cultivés en conventionnel ont souvent fait de grands vins, les domaines en bio et biodynamie ont souffert.

 

Notre top 12 2018 *

 

Pétrus 100/100

Château Mouton Rothschild 98/100

Château Lafite Rothschild 98/100

Château La Conseillante 98/100

Clos Fourtet 98/100

Château Calon Ségur 98/100

Château Les Carmes Haut Brion 98/100

Château Pichon Comtesse 97/100

Château Figeac 97/100

Château de Fieuzal 96/100

Château Haut Bailly 96/100

Château Smith Haut Lafitte 96/100

 

Pomerol

 

Pétrus 100/100 « la quintessence de Pomerol »

Château Certan de May 96/100 (superbe)

Blason de l’Evangile 95/100

Château Taillefer 94/100

Château de Beauregard 92/100

Château de Sales 92/100 (en nette progression ces dernières années)

Château Bon Pasteur 90/100

 

Saint Emilion

 

Clos Fourtet 98/100 (soyeux et élégant)

Château La Conseillante 98/100 (superbe)

Château Gazin 97/100 (très bon)

Château Figeac 97/100 (très bon)

Château Canon 95/100

Château La Dominique 95/100

Château La Gaffelière 95/100

Château de Ferrand 95/100

Château Moulin Saint Georges 95/100

Château La Fleur Cardinale 94/100

Château Grand Corbin d’Espagne 94/100

La Fleur de Bouard 94/100

Château Fayat 93/100

Château Fombrauge 93/100

Château La Dauphine 93/100

Château Bellevue 92/100

Dame de Bouard 92/100

Clos de Bouard 92/100
Chateau Bellefont Belcier 90/100

Montagne Saint Emilion

Vieux Château Saint André 90/100

 

Côtes de Bordeaux / Entre deux mers

Château de Pitray 91/100 (en nette progression ces dernières années)

Château Feret Lambert 90/100

Médoc

 

Château Mouton Rothschild 98/100

Château Lafitte Rothschild 98/100

Château Calon Ségur 98/100 (en nette progression ces dernières années)

Château Montrose 96/100

Château Palmer 96/100 (peu de vins, 10 hl/ha, mais superbe)

Château Pichon Comtesse 96/100

Château Lafon Rochet 96/100

Château Gruaud Larose 96/100

Château Clerc Milon 96/100

Cos d’Estournel 96/100

Château Margaux 95/100

Château Siran 95/100

Château Ormes de Pez 95/100

Château Beychevelle 94/100

Château Giscours 94/100

Château d’Issan 94/100

Château Phélan Ségur 94/100

Sirène de Giscours 94/100

Château Grand Puy Ducasse 93/100

Château Kirwan 93/100

Château Prieuré Lichine 93/100

Château Labergoce 92/100

Marquis d’Alesme 92/100

Blason d’Issan 92/100

Château d’Arsac 92/100

Kid d’Arsac 92/100 (mention spéciale pour l’étiquette)

Château La Tour Carnet 92/100

Château Cantemerle 92/100

Château Lanessan 92/100

Château Langoa Barton 92/100

Château Sociando Mallet 92/100

Château Fourcas Hosten 92/100

Château Brillette 92/100

Château Chasse Spleen 92/100

Château Lilian Ladouys 92/100

Château Meyney 92/100

Château Camensac 91/100

Château La Tour de Mons 90/100

Château Haut Marbuzet 90/100

 

Graves

 

Château de Fieuzal 98/100

Château Haut Bailly 96/100

Château Smith Haut Lafitte 96/100

Domaine de Chevalier 95/100

Château Carbonnieux 95/100

Château Olivier 94/100

Château Larrivet Haut Brion 94/100

Château Latour Martillac 94/100

Château Brown 92/100

Château Malartic Lagravière 92/100

Château Pape Clément 92/100

 

 

* Dégustation sur un panel de 500 vins

Cette année, nous n’avons pas dégusté Latour, Ausone, Angélus, Cheval Blanc, Haut Brion, Pavie et bien d’autres.

 

L’Union des grands crus de Bordeaux et Vinitaly se sont accordés sur le calendrier, afin que la semaine des primeurs et le salon de Verone ne se chevauchent pas et que les professionnels qui souhaitent participer aux Primeurs et à Vinitaly puissent le faire.

Previous post

ProWein a ouvert ses portes et célèbre ses 25 ans !

Next post

Inauguration of the 53th Vinitaly, the international brand for the promotion of italian wine worldwide