Home»Avis des Pros»Le vignoble indien, une belle découverte

Le vignoble indien, une belle découverte

1
Shares
Pinterest Google+

L’Inde, où la viticulture a réellement débuté dans les années 1970, compte aujourd’hui 90 domaines, dont certains (très) prometteurs. Avec 120 000 hectares et une production de 20 millions de litres, trois régions(1) se taillent la part du lion: Nasik et Pune à l’ouest (80% du vignoble) et Bangalore, au sud. N’oublions pas que la culture de la vigne en Inde reste avant tout un challenge.


Photo : JB Ancelot – Wine Explorers

Le climat tropical, avec une saison sèche – où les températures dépassent les 40°C, et une saison des pluies – où le cycle végétatif de la vigne est mis à rude épreuve, en font un lieu de production extrême. On y fait deux vendanges par an (la plus qualitative étant en avril, lors de la période sèche). Ajoutez à cela les taxes élevées d’un État à l’autre et l’interdiction de la publicité sur le vin.

Nashik, fer de lance de la viticulture indienne

À trois heures au nord-est de Bombay, Nashik est la principale région de production du pays. C’est là que se trouve Sula – le leader viticole indien avec 60 % de parts de marché – sur un plateau perché à 680 mètres d’altitude, connu avant tout pour sa production de fruits et légumes (n°1 dans la culture des oignons, par exemple). Avec pas moins de 250.000 visiteurs par an, un festival de musique et des chambres d’hôtes, Sula reste le précurseur oenotouristique indien.

 

Bangalore, le futur du vignoble indien ?

Ici les routes sont bitumées, larges et bien plates. La végétation luxuriante.  Bienvenue dans la « silicone vallée » de l’Inde, une région à la prospérité économique fulgurante. Visite du domaine Grover Zampa, le deuxième acteur viticole indien,  dont les premières vignes (cabernet sauvignon, shiraz, merlot, viognier) ont été plantées au milieu des années 80. Ici, certaines parcelles parmi les 180 hectares de vigne du domaine culminent à plus de 1 000 mètres. Combinées à de très jolis sols argilo-limoneux, elles offrent des vins tendus, plus aromatiques et plus complexes qu’à Nashik ; notamment en blanc.

 

L’expansion de petites structures familiales

D’un autre côté, de plus en plus de petites structures familiales, comme le domaine York Winery, voient le jour. L’industrie viticole indienne est donc belle et bien en pleine expansion. Mais aussi au cœur des débats. Quel avenir pour ce jeune secteur aux nombreuses contraintes ?…

« L’industrie du vin croît régulièrement, à un rythme de 10-15 % par an et pourrait augmenter davantage si d’autres États indiens devenaient accessibles pour vendre du vin », confie Kailash Gurnani, directeur de York Winery.

Sur 1,2 milliard de personnes en Inde, moins de 100 millions sont des consommateurs potentiels.

 

(1) Une production émerge également à Hyderabad (État du Telangana, dans le centre), ainsi que dans les États de l’Andra Pradesh (au sud), et de l’Himachal Pradesh (au nord).

Source : Sud de France Developpement.com

(2) Estimation Vin & Société

 

Previous post

Palmer & Co augmente ses prix

Next post

Ampelidae s’étend encore dans la Vienne