Home»Editos»Edito de mars : La course à la valeur.

Edito de mars : La course à la valeur.

0
Shares
Pinterest Google+

L’heure n’est plus à la volumisation mais à la prémiumisation. Les deux plus grands groupes mondiaux de vins et spiritueux, Diageo et Pernod Ricard, font depuis les années 2000 la course à la valeur, d’éditions limitées en flaconnages de luxe. Il s’agit moins désormais de compter des caisses de 9 l. que d’améliorer le mix produit pour des champagnes, cognacs et mêmes scotchs whiskies qui, par définition, sont en quantité limitée.


Mais également pour les vodkas, brandies et autres whiskies qui ressemblent de plus en plus au tonneau des  Danaïdes. Et plus on exporte loin, aux Amériques ou vers le Soleil Levant, plus on vend du luxe et du rêve, ‘pour quelques euros de plus’. Le crédo du XXIème siècle sera donc de vendre toujours plus cher.

Une stratégie affichée qui pourrait déranger en période de crise si on ne venait d’apprendre que la planète compte 220 milliardaires de plus en 2013. Un record !  L’horizon rosit donc de plaisir – c’est aussi la couleur du moment –  pour les PME des vins et spiritueux qui réalisent aussi une bonne part des exportations françaises.

Même leitmotiv chez les Bourguignons dont les grands crus ne suffisent plus à tirer les wagons des appellations plus modestes, à l’instar des Bordelais depuis déjà plusieurs années. Même le Beaujolais, faisant un pied de nez aux mauvais augures, se plaît à imaginer cette valorisation par les crus mais aussi par la diversification des couleurs.

Et après tout, cette valorisation ne peut aller que dans le sens d’une consommation responsable, ou tout du moins raisonnable, portefeuille oblige.

RVI 3906 – Mars 2013

Previous post

Gérard Depardieu, acteur et viticulteur.

Next post

Partenariat entre Baron Philippe de Rothschild SA et Ryder Cup Europe.