Home»Evénements - People»David Shirgley x Ruinart ou les « UNCONVENTIONAL BUBBLES »

David Shirgley x Ruinart ou les « UNCONVENTIONAL BUBBLES »

0
Shares
Pinterest Google+

Après Liu Bolin  en 2018 et Vik Muniz en 2019, c’est un artiste britannique qui porte son regard sur Ruinart à travers un ensemble de 36 dessins et gouaches, ainsi que 3 néons, 2 céramiques et 1 porte. David Shrigley est aussi l’artiste qui expose sur les murs du restaurant de Skcetch, à Londres, imaginée par India Mahadavi. Ce grand britannique au flegme presque indolent, est un artiste corrosif qui porte son regard sur le monde contemporain avec une ironie incomparable.

Apposant une vision singulière sur une Maison qui ne l’est pas moins, David Shrigley nous fait redécouvrir Ruinart avec un humour décalé et sans concession. Son art apporte un éclairage nouveau sur le vignoble, le patrimoine et le savoir-faire de la Maison. En Champagne, il a parcouru le vignoble, exploré les caves, noté chaque expression entendue ou geste aperçu. Ses œuvres viennent étudier avec curiosité les us et coutumes des travailleurs de la vigne, œnologues et autres collaborateurs des champagnes Ruinart. Le regard affuté, il étudie avec curiosité les secrets bien gardés de la création du champagne.

« Lorsque l’on décide de faire une œuvre sur le thème de la fabrication du champagne : il faut visiter plusieurs fois la région champenoise ; il faut échanger avec les professionnels en les écoutant attentivement, puis visiter les crayères, les vignes et les installations de production ; il faut apprendre à déguster du champagne. » nous explique David Shrigley.

A travers ses dessins, néons et sculptures, David Shrigley nous propose un parcours à la fois bienveillant et singulier, provoquant des conversations surprenantes entre la nature et les étapes de l’élaboration du vin. Il nous sensibilise par la même occasion aux enjeux environnementaux défendus au quotidien la Maison Ruinart, car l’humour est sans doute un des meilleurs messagers pour une prise de conscience généralisée.


David Shrigley, sans titre, 2019, acrylique sur papier, 76 × 56 cm

Reflet de ce parti pris audacieux, sa réinterprétation artistique s’intitule « Unconventional bubbles » (bulles singulières). Les œuvres de David Shrigley seront dévoilées à Paris en mars 2020, avant d’être exposé dans 37 foires d’art contemporain dans le monde.

Les oeuvres
Avec chacune de ses œuvres, David Shrigley nous entraîne dans un parcours didactique sur l’élaboration des vins de Champagne. Il nous sensibilise par la même occasion aux enjeux environnementaux qui animent au quotidien la Maison Ruinart. La série de 36 dessins noirs et blancs ou colorés, soulignent l’importance du savoir-faire, de la transmission mais aussi du respect dû à la nature. « Quand je fais un dessin, je le considère toujours comme un acte d’association. Il s’agit de trouver des liens entre des choses qui existent déjà.»

Jeroboam en série limitée
Dans le cadre de sa réinterprétation artistique de la Maison, David Shrigley a imaginé une œuvre en édition limitée pour servir d’écrin à un jéroboam de Blanc de Blancs, l’emblème du goût Ruinart. Chacun des 30 coffrets est numéroté et signé par l’artiste. Il s’orne d’un damier reprenant l’un des dessins créés par l’artiste pour la Maison.

David Shrigley a décidé d’utiliser un jéroboam en raison de sa capacité de conservation exceptionnelle. Comme le rapport oxygène/volume du vin dans un jéroboam est divisé par quatre par rapport à une bouteille classique, le vin vieillit moins vite et exprime plus de complexité, de fraîcheur et de diversité aromatique.
Disponible chez Ruinart à partir de juillet 2020

Previous post

Quel est l'impact du Covid-19 dans la vente e-commerce des V&S ?

Next post

"Le goût du vin" de Chablis to the world ... sur Netflix