Home»Distribution»Château Arton, l’excellence de l’Armagnac

Château Arton, l’excellence de l’Armagnac

0
Shares
Pinterest Google+

Patrick et Victoire de Montal peuvent être fiers, leur Armagnac vient de remporter la récompense suprême, le Prix d’Excellence* décerné par le Concours Général Agricole. Ce prix, créé en 2000, récompense les meilleurs des meilleurs. Pour l’obtenir, il faut avoir été lauréat dans sa catégorie pendant les trois dernières années consécutives. Une distinction qui va droit au cœur de ce couple de Gascons, revenu, après une carrière parisienne, aux pays de leurs ancêtres. Patrick est originaire de Roquelaure près d’Auch, Victoire, née Montesquiou descend directement de Charles de Batz, Comte d’Artagnan. Tous deux sont tombés sous le charme d’Arton, une très ancienne propriété située à Lectoure, au cœur du « pays aux mille collines », la patrie du Haut Armagnac.

Intrépides, bon sang ne saurait mentir, ils font partie de ces rares pionniers qui ont cru aux vertus de ce terroir presque oublié à l’histoire longue et douloureuse. Au XVIIIe, le Haut Armagnac est aussi dénommé le « Blanc » en raison de la lumière de ses collines calcaire, en opposition au Bas Armagnac, baptisé aussi Le Noir ou le Nègre en référence aux nombreuses forets de petits chênes qui recouvrent ses paysages. Plus tard, à la fin du XVIIIe, un troisième terroir « La Ténarèze » prendra place entre les deux. Sombre destin pour le Haut Armagnac, la belle et lumineuse appellation sera décimée par le phylloxera et pratiquement rayée de la carte. Ses voisines du Bas Armagnac et de la Ténarèze résisteront mieux au fléau. Aujourd’hui grâce à des personnalités comme Patrick de Montal, cette appellation retrouve sa lumière d’antan, sa production trop confidentielle nous l’avait presque fait oublier. Le travail considérable accompli par les Montal pour faire revivre Arton est récompensé. Les 40 hectares de vignes, plantés il y a une trentaine d’années sur les pentes sud qui mènent au Pyrénées, sont maintenant dans la force de l’âge.

Si le domaine produit aujourd’hui de délicieux vins dans toutes les couleurs, il était primordial pour Patrick et Victoire de Montal de renouer le fil de la longue histoire des eaux de vie d’Armagnac et la renaissance du Haut Armagnac. Sur ses sols où l’argile et le calcaire se mêlent dans un mélange détonnant que les vignerons ont appelé « peyrusquet », les vins issus du cépage ugni-blanc, distillés chaque année dès les premiers jours de novembre donneront plus tard naissance à une eau de vie très fine à la robe d’ambre étincelante qui exprime un bouquet très particulier et inattendu de poire, poivre et épices.

En 1986, Patrick de Montal a créé les premières barriques de blanche armagnac, devenue AOP en 2005. La Fine Blanche® du Domaine d’Arton est placée 3 mois au moins en cuves inertes afin de préserver son aspect cristallin et de libérer ses arômes fruités et floraux particuliers. Ce sont ces armagnacs plusieurs fois médaillés qui ont élevé le Domaine d’Arton au Prix d’Excellence. Ils défendent les couleurs de la Gascogne et s’imposent dans la famille des eaux de vie parmi les meilleurs produits issus de terroirs français.

A cette occasion, le Ministère de l’Agriculture a édité le livre « Excellence et savoir-faire » répertoriant les 34 Lauréats 2017. Près de 130 pages consacrées à ces producteurs. « Alliant tradition et modernité, créativité et innovation, ils participent au plus haut niveau au rayonnement de la réputation gastronomique de notre pays». Le Domaine d’Arton et son esprit gascon font bien sûr partie de ces talents distingués.

Sur www.arton.fr et aux Domaines qui Montent
Château d’Arton la Réserve, Haut Armagnac // PVC 46,50€
Château d’Arton Fine Blanche // PVC 30€

Previous post

Marc Hériard-Dubreuil est nommé à la présidence de Rémy Cointreau

Next post

Palmer & Co augmente ses prix