Home»Histoires de Marques»Charlois, le chêne dans tous ses états

Charlois, le chêne dans tous ses états

0
Shares
Pinterest Google+

Le groupe Charlois fêtera l’année prochaine ses 90 ans. Un nouveau palier au long d’une saga familiale qui a vu la modeste merranderie devenir un acteur majeur de la transformation du chêne de A à Z, au grand bénéfice des vinificateurs.

L’entreprise nivernaise créée en 1928 par Eugène Charlois est restée fidèle à son ancrage nivernais. Son siège et une bonne partie de ses activités sont situés dans le petit village de Murlin (58), en bordure de la forêt de Bertranges, l’une des plus recherchées en matière de chêne français.

Mais en neuf décennies, la modeste merranderie a pris son envol, le groupe Charlois s’imposant comme le premier exploitant forestier en volume de chêne de France, le leader du merrain français mais aussi un acteur dynamique de la tonnellerie et des bois pour l’oenologie maîtrisant l’ensemble de la transformation du chêne.

La société a connu un nouvel essor avec l’arrivée à ses commandes au début des années 2000 de Sylvain Charlois, le représentant de la 6ème génération de merrandiers de la famille. Le PDG a commencé par investir dans le secteur de la tonnellerie en achetant en 2006 Berthomieu, en 2007 Ermitage (les deux regroupées sur un seul site, à la Charité-sur-Loire), puis en 2009 Saury à Brive-la-Gaillarde, Leroi à Cognac et la foudrerie Érable dans le Cognaçais.

À partir des années 2010, il engage l’expansion internationale du groupe dans les métiers de la tonnellerie, avec l’acquisition de Cooperage dans la vallée de Sonoma en Californie puis celle de Magreñán en Espagne. Parallèlement, Sylvain Charlois entreprend de diversifier les activités en investissant en 2010 dans Exact, un laboratoire d’analyse spécialisé dans la caractérisation des arômes, la recherche des défauts organoleptiques et la sécurité alimentaire, puis en créant en 2014 Oenosylva, une gamme pour l’oenologie haut de gamme et enfin en lançant en 2016 La Chénaie, des produits cosmétiques à base d’extrait de chêne.

(…)

Lire la suite dans la RVI N°3935 de mai-juin 2017

Previous post

Nouveau DG pour les Cafés Richard

Next post

Les rosés du Val de Loire montent en gamme